« Voici venue l’heure de tirer l’épée ensemble ! »

Agissons en hommes de coeur, et montrons du courage pour notre peuple et pour la ville de notre Dieu, et que l’Eternel fasse ce qui lui semblera bon (2Samuel X, 12)

Une fois encore, le calendrier liturgique semble mystérieusement entrer en résonance avec l’actualité, la Providence nous encourageant à sortir de notre torpeur coupable et faire face à l’Ennemi. En effet, nous solennisions dimanche dernier la fête de Notre-Dame du Rosaire (7 octobre), symbole par excellence de la combativité catholique nourrie par une intense dévotion mariale, et en même temps, l’évangile du XVIIIe Dimanche après la Pentecôte dont nous faisions mémoire, revenait sur la guérison miraculeuse du paralytique [1]. Or, la majorité de nos contemporains ne souffre-t-elle pas justement de paralysie morale face la tyrannie sanitaire ? A l’instar de celui dont souffrait l’infirme de Capharnaüm, le mal actuel est profond et trouve sa source dans le péché : nos péchés personnels mais aussi ceux de la société auxquels nous ne nous opposons pas avec suffisamment de détermination, quand nous n’y participons pas plus ou moins directement.

Péché contre la charité tout d’abord, par l’indifférence au sort de notre prochain, de l’enfant à naître au vieillard en EHPAD en passant par le pauvre fouillant nos poubelles au petit matin.  Indifférence à la destruction de notre héritage spirituel, culturel, économique jusqu’au moment où cela nous touche individuellement. Voilà bien longtemps que notre pays, notre civilisation ne sont plus des citadelles assiégées mais investies. L’Ennemi et ses affidés se sont engouffrés dans la brèche de remparts que nous pensions inébranlables pour les avoir toujours connus debout. Mais encore fallait-il croire en quelque chose à défendre, quelque chose d’assez noble pour justifier la consécration voire le sacrifice de notre vie. Là est notre principal péché contre la charité, la cause première de notre inertie : la colère s’enracinant dans l’amour, si nous ne nous défendons plus, c’est parce que nous n’aimons plus ce que nous avons reçu, ce que nous sommes. L’Ennemi le sait bien et méthodiquement, patiemment, il nous fait perdre le goût de ce qu’il y a de bon en ce monde, jusque dans notre nature. Nous en sommes aujourd’hui à admettre les pires conséquences de la marchandisation de l’être humain sans à peine broncher.

Mais au pire des tribulations, Dieu suscite toujours des hommes de coeur, dont l’amour de la vie, reçue et transmise, est encore si profond qu’ils finissent tôt ou tard par se dresser contre l’oppression et entraîner les pusillanimes à leur suite [2]. Ce courage « viscéral » se manifeste d’autant plus qu’il s’agit de pères ; encore davantage s’il s’agit de mères, tant on sait de quoi celles-ci sont capables par amour pour leurs enfants [3]. Nous le voyons déjà au Vendredi Saint, où les Saintes Femmes n’attendirent heureusement pas les Apôtres pour suivre le Christ jusqu’au Golgotha. Notre blog lui-même a pour thématique originelle et récurrente cette combativité amoureuse, naturelle et surnaturelle, dont la Sainte Vierge Mère est l’inspiratrice [4].

Péché contre la charité, notre sidération face au mal découle également d’un manque de foi et d’espérance dont les catholiques sont plus particulièrement coupables. Maints d’entre eux semblent persister dans « l’aggiornamento » selon lequel la paix universelle serait possible si l’Eglise renonçait à condamner le monde dans ses égarements ; or, les dernières décennies n’ont fait que confirmer l’enseignement des Ecritures : le Prince de ce monde n’aspire qu’à la perdition de l’humanité créée à l’image de Dieu. Il ne connaîtra jamais le repos car il est déjà condamné et entrainera avec lui le plus d’âmes possible  dans le gouffre. Devant un tel déchainement de haine, le coeur le plus ferme peut défaillir s’il n’est conforté par la foi et l’espérance en un Père tout-puissant et provident, en une Mère Reine des Anges, en un Frère vainqueur de la Mort, en une Communion de Saints diligents. Là est le premier soutien que les catholiques doivent apporter à tout noble coeur prêt à combattre le nouveau désordre mondial au nom « de la vérité, de la mansuétude et de la justice » (Psaume XLIV, 5).

Mais ce témoignage de foi demeurerait stérile s’il n’était confirmé par les oeuvres. Les catholiques doivent donc prendre acte que l’Eglise, dans sa dimension humaine (pour ne pas dire mondaine), est en ruine. A l’image de l’Etat désormais incapable de protéger ses ressortissants, l’Eglise « en France » abandonne insidieusement les fidèles à leur sort,  et se fait un devoir d’obéir à la loi « de façon exemplaire » [5], en dépit de la charité la plus élémentaire [6]. Aux catholiques de sortir de l’obéissance servile dont ils se sont laissés bercer trop longtemps ; de se rapprocher de prêtres vivant et enseignant ce qui a été cru toujours et partout ; de se réapproprier la doctrine sociale de l’Eglise sur la résistance à l’oppression, pouvant aller, en dernier recours, à l’emploi des armes [7], comme l’avaient assumé les glorieux Cristeros [8]. Alors les catholiques se souviendront de leur ancienne force, que l’Ennemi n’a jamais cessé de craindre, et deviendront enfin crédibles aux yeux des « réfractaires » d’autres origines.

Aussi désuète et condamnable qu’elle puisse paraître aujourd’hui à des esprits globalisés, la dimension « martiale » du catholicisme demeure latente dans l’inconscient collectif et son attrait explique le succès d’oeuvres profondément catholiques comme Le Seigneur des Anneaux, que ce soit le roman original ou les dernières adaptations cinématographiques. En l’occurrence, la combativité amoureuse jusqu’à l’héroïsme, sujet de cette chronique, nous semble particulièrement bien illustrée dans le film Les deux Tours à travers la résistance désespérée du Rohan à l’emprise des ténèbres. Au paroxysme de la bataille du Gouffre de Helm, le roi Théoden, qui avait fait preuve jusqu’alors d’une volonté de fer, flanche devant la rage d’une armée constituée dans le seul but d’exterminer son peuple. Sa forteresse est prise, tout semble perdu jusqu’à ce qu’une inspiration providentielle, au-delà de toute espérance, le convainc de faire face à un ennemi supérieur en nombre avec la poignée de braves qui lui reste. Et le miracle inattendu, inespéré, se produit, comme une récompense pour cet abandon à la Providence.

Les parallèles avec ce que nous vivons aujourd’hui sont trop évidents pour s’y attarder. Soulignons seulement que cette scène devenue culte n’est pas sans rappeler le passage du Livre des Rois où Elisée assiégé décille les yeux de son serviteur terrifié afin qu’il perçoive les chars invisibles de l’armée céleste qui allaient bientôt fondre sur les troupes ennemies (2Rois, VI, 8-17). Dans l’âpreté du combat, nous pouvons ainsi céder à la tentation de nous croire seuls et de ne compter que sur nous-mêmes jusqu’au désespoir. Tel n’est pourtant pas le cas car bien des âmes vaillantes se révèleront dans l’adversité. Quant à la Communion des Saints, comment pourrait-elle rester indifférente à notre sort ? [9] Mais prête à se manifester au moment opportun, ne nous encouragerait-elle pas à sortir de notre pitoyable réduit et enfin faire face à l’Ennemi dans un acte ultime de foi, d’espérance et de charité ?

L’abbé

[1] Site Introibo, Calendrier liturgique – Octobre 2020 – Dimanche 4

[2] Cf. Le Glaive de la Colombe, « Ne privez pas le monde de votre sourire »

[3] Nous avons trouvé très symbolique, le 12 septembre 2020, fête du Saint Nom de Marie, la prise de parole d’Ema Krusi, se présentant comme mère d’une petite fille de six ans et appelant à la résistance « pour nos enfants ». Dans un registre plus humoristique mais tout aussi révélateur, Marcel D. évoquait récemment « la sainte colère » de son épouse apprenant que son fils avait été collé pour avoir retiré son masque à l’école.

[4] Cf. Le Glaive de la Colombe, « Craignez la colère de la Colombe ! »

[5] « Aujourd’hui, je ne crains pas d’affirmer que des prêtres, des évêques et même des cardinaux ont peur de parler de ce que Dieu enseigne et de transmettre la doctrine de l’ Eglise. Ils ont peur d’être désapprouvés, d’être vus comme des réactionnaires. Alors ils disent des choses floues, vagues, imprécises, pour échapper à toute critique, et ils épousent l’évolution stupide du monde » (Cardinal Robert Sarah, Valeurs Actuelles – Le Club, 27 mars 2019, entretien par Laurent Dandrieu).

[6] Martin Steffens, « Une Eglise qui n’est plus celle du pauvre », Le-Verbe.com, Opinion, 6 octobre 2020

[7] Compendium de la Doctrine sociale de l’Eglise, n° 399, 400

[8] Sur les Cristeros, cf. notamment Jean Meyer, La Cristiada, la guerre du peuple mexicain pour la liberté religieuse, CLD, 2014

[9] Cf. notamment L’Homme Nouveau, n° 1706, 29 février 2020, p. 21 sur la manifestation de la Communion des Saints à travers le culte résurgent des reliques.

4 commentaires sur “« Voici venue l’heure de tirer l’épée ensemble ! »

  1. Notre famille en a plus que marre de tout cela. En effet il faut se battre ! Mais personne n’est prêt à sortir de son confort. Nous lançons depuis longtemps des appels pour créer un endroit où les Catholiques pourraient se rassembler. Un endroit où la République n’aurait pas de pouvoir. Où nos enfants seront protégés. Mais personne ne veut s’engager.
    Le courage de la France est mort.

    J'aime

    1. Il sera probablement difficile d’échapper à la République mais il y a des moyens de s’en prémunir au mieux. Quant au courage, c’est justement le sujet de cette chronique : il peut suffire d’une poignée de braves pour changer un pays voire le monde, avec l’aide de Dieu. Surtout ne cédez pas à la tentation de vous croire seule. Si vous existez, vous êtes certainement représentative d’une frange de la population confrontée aux mêmes problèmes. Il faut juste entrer en lien et résonance : cela se fait très subtilement mais réellement. Rien ne nous empêche d’accompagner ce mouvement.

      J'aime

    2. Françoise,
      Pendant la «  mise en demeure » du printemps dernier nous avons créé un coin chapelle …( j’ai su que ma sœur et mn beau-frère avaient fait de même sans que nous nous soyons concertés…nous ne devons pas être les seuls….) un coin pour se recueillir au pied de La Croix, une bougie et une statue ou une icône de Marie … nous n’y sommes pas tout le temps mais chacun sait que là, le BonDieu est aimé …nous pouvons confier à Marie tous nos déboires … leurs dire et redire notre confiance, prendre quelques instants de prière silencieuse pour se laisser envahir par la présence de Jésus, pleurer quelques fois avec Lui en nous associant à nos frères souffrants… parcourir les mystères ..revêtir les sentiments du Christ, nous laisser portés par notre Maman du Ciel : Là sont nos armes !
      Prendre dans notre cœur une âme et se tourner vers le Père avec elle… dans un abandon confiant, c’est là notre Force et les prémices de la Victoire déjà annoncée de La sainte Trinité.
      Non nous ne sommes pas seuls…
      Le déchaînement de haine, les incompréhensions entre nous, les lois abjectes sont révélateurs d’un combat qui nous dépasse dont le Christ, unique Pierre d’Angle, est déjà vainqueur. Vraiment nous ne sommes pas seuls, ne nous laissons pas voler notre confiance en Dieu.

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s