Le 11 mai de la kabbale contre le 10 mai de sainte Jeanne d’Arc

Après avoir prévu d’intervenir le soir du Jeudi Saint, Emmanuel Macron a finalement pris la parole le soir du Lundi de Pâques pour nous annoncer essentiellement le déconfinement à partir du 11 mai. Supposons, jusqu’à preuve du contraire, que le choix de cette date s’explique par le simple prolongement de 30 jours du confinement à compter du 13 avril, date de l’allocution présidentielle. Si tel est le cas, c’est une nouvelle bourde de communication car le 11 mai tombe, comme s’en sont réjouis immédiatement les réseaux sociaux juifs [1], la veille de la fête de Lag BaOmer, dont la célébration débutera donc le 11 mai au soir. En revanche, les catholiques seront encore confinés le 10 mai, ne pouvant dès lors célébrer la solennité de sainte Jeanne d’Arc, patronne secondaire de la France, l’année même du centenaire de sa canonisation.

Lorsque l’on se penche par ailleurs sur la signification de Lag BaOmer, on voit que cette fête commémore la fin d’une épidémie : quel beau symbole et quelle merveilleuse coïncidence pour une levée de confinement ! Le problème est que Lag BaOmer célèbre aussi, et semble-t-il principalement, un autre anniversaire : celui de la mort de Rabbi Chimone bar Yo’haï, auteur du Zohar, « oeuvre de base » de la Kabbale juive. D’après ce que nous apprenons sur les sites juifs eux-mêmes [2] :

Les maîtres ‘hassidiques expliquent que le dernier jour de la vie terrestre d’un Juste, « toutes ses actions, ses enseignements et son service de D.ieu » atteignent leur point culminant et le zénith de leur impact sur nos vies. Ainsi, nous célébrons à chaque Lag BaOmer la vie de Rabbi Chimone et la révélation de l’âme ésotérique de la Torah.

On nous pardonnera de regretter qu’en cette période de calamité, la France ne puisse célébrer et implorer publiquement sa principale protectrice après la Vierge Marie, et en revanche librement se soumettre à un calendrier ésotérique. Pour éviter toute polémique, il suffirait qu’Emmanuel Macron prolonge le confinement d’un mois à partir de sa fin originellement prévue, le 15 avril, ce qui mènerait au 15 mai voire au 18 mai pour commencer un lundi, premier jour des Rogations : à chacun ses hasards providentiels !

Ou alors, avançons le déconfinement avant le 10 mai (ce qui ravira les commerçants). Pourquoi pas le vendredi 8 mai, fête de la victoire de 1945, puisque « nous sommes en guerre », que nous couronnerions par les solennités de sainte Jeanne d’Arc, dans la joie et la concorde nationales ?

L’abbé

[1] Site Le Monde Juif.Info – 14 avril 2020, Incroyable : Macron fait coïncider le début de la levée du confinement avec la fête juive de Lag Baomer (fin d’une épidémie)

[2] Site Fr.Chabad.org, Qu’est-ce que Lag BaOmer ? ; site Torah-Box.com, diffusion du judaïsme aux francophones

3 commentaires sur “Le 11 mai de la kabbale contre le 10 mai de sainte Jeanne d’Arc

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s